Sur la ligne de front

14-18 en godasses, par les étudiants de l'Ecole de journalisme de Lille

Un soldat breton en Belgique. Ce sont les pas de Pierre-Alexis Ronarc’h que notre premier bataillon a choisi de suivre. Entre Nieuport et Zonnebeke, ils causeront de coquelicots et d’Iron Maiden.

Publié le 3 mars 2014 ·

Natif de Quimper, Pierre-Alexis Ronarc’h rejoint l’École navale de Brest dès l’âge de quinze ans. En 1900, il fit ses premières armes en tant que lieutenant de vaisseau lors de la révolte de Boxer en Chine. Lorsque la Première guerre mondiale éclate, il prend le commandement de la brigade des fusiliers marins de Lorient pour aller épauler l’armée belge face à l’invasion allemande. Au prix de nombreuses pertes, son régiment contribua à contenir les troupes ennemies dans les environs de Dixmude jusqu’au moment où les Flandes furent inondées pour stopper l’avancée allemande fin 1914. A partir de l’année 1916, il est chargé du commandement supérieur de la marine dans la « zone des armées du Nord », notamment pour combattre la menace des U-Boote allemands aux côtés de la marine britannique. A la fin du conflit, il sera promu successivement vice-amiral puis chef d’état-major de la marine en 1919, en vertu des ses brillants états de service.

 

Mots-clés : , , , .

Sur la route du premier bataillon :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>