Sur la ligne de front

14-18 en godasses, par les étudiants de l'Ecole de journalisme de Lille

Rencontre avec Johana Carpentier et Guillaume Boulmé, artistes et créateurs du personnage d’Archi, un Poilu de bande dessinée.

Publié le 5 mars 2014 · Charlotte Cieslinski, Emilie Gouveia Vermelho et Clément Melki

Archi est un Poilu de bande dessinée, créé de toutes pièces par deux Béthunois pour expliquer la Grande Guerre aux enfants. Nous sommes partis à la rencontre de ses créateurs.

« Parler de la guerre aux enfants, concrètement, c’est assez délicat » sourit Johana Carpentier. Quand Laure Laurent, du service des archives de la ville les appelle elle et son conjoint pour évoquer avec eux ce singulier challenge, le couple est enthousiaste.

Curieux, pétillants,  Johana Carpentier et son conjoint Guillaume Boulmé sont photographes de profession. La bande dessinée et la Grande Guerre ? Ils sont vraiment tombés dedans pour le centenaire, ravis qu’on leur propose d’imaginer un héros destiné à introduire les tout-petits aux initiatives déployées à Béthune pour les commémorations de 14-18.

Casque de soldat et pelage poilu pour honorer les Poilus de la Grande Guerre, gants d’archivistes passés aux mains, cette grande boule de poils au regard niais s’appellera Archi. Elle tapissera l’intérieur de l’Archibus, un véhicule pédagogique qui visitera les écoles des environs à partir du mois de septembre.

« Le dessin est ici une manière d’adoucir la dureté de la guerre » précise Guillaume. Pour créer Archi, Johana s’est souvenue d’un héros d’enfance qu’elle avait dessiné avec son frère lorsqu’ils étaient au collège. Du Poilu à Archi, une association d’idées se fait dans son esprit. « Je me suis dit qu’on pouvait le reprendre, le redessiner version Grande Guerre. »

Pour cela, le couple travaille à partir de photos, qu’ils retouchent ensuite sur ordinateur. A partir d’un casque réel, criblé d’impacts de balles, ils imaginent un couvre-chef plus en rondeurs, travaillent sa texture par infographie.

Encore en genèse, la bande dessinée géante qui en résultera s’attachera à quatre grands axes de la guerre : les bombardements, l’occupation par les Anglais, les lieux de soin et le quotidien. Pour que les enfants fassent le lien avec Béthune, Archi sera mis en scène dans des lieux emblématiques de la ville, comme le beffroi.

Au fil des célébrations du centenaire, Archi introduira les enfants aux nombreuses manifestations prévues par la ville. Parmi elles, Les Benjamins de l’Histoire, un projet également mené par les archives municipales dans le but de concrétiser l’apprentissage de la Grande Guerre pour des élèves de CM2. « Les enfants travaillent sur des journaux de la Première Guerre mondiale ou des délibérations du conseil municipal, c’est très vivant » explique Laure Laurent, archiviste.

Une expérimentation menée avec six écoles primaires de Béthune, en partenariat étroit avec les professeurs. Le 31 janvier dernier, l’atelier a réuni des élèves de l’école Victor Hugo, très heureux de cette expérience. « Cette journée a été extrêmement positive, tant pour les enfants que pour nous » explique Michaël Leroy, enseignant. « Cela permet aux enfants d’éveiller leur curiosité sur l’histoire de leur ville. »

Mots-clés : , , , , , , .

Sur la route du troisième bataillon :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>