Sur la ligne de front

14-18 en godasses, par les étudiants de l'Ecole de journalisme de Lille

La bataille de l’Yser s’est étendue jusqu’à la ville de Dixmude. Belges et Français y ont combattu les Allemands. Pas n’importe quels soldats français : les fusiliers marins de Lorient. Ce régiment atypique a laissé quelques empreintes insolites dans la ville.

Publié le 7 mars 2014 · Sarah Mansoura et Ambre Lefèvre

Beffroi, église Saint Nicolas, place centrale entourée de façades flamandes, Dixmude est une petite ville typique des Flandres belges sur le bord de l’Yser. Point crucial sur le front belge de la Grande guerre, elle a été le théâtre de la bataille de l’Yser. La cité a été inondée et détruite, mais aujourd’hui reconstruite, elle affiche un air propret et cossu.

 Détail insolite de l'avenue Adm. Ronarch straat : une plaque bretonne, comme un clin d'œil à l'amiral.

Détail insolite de l’avenue Adm. Ronarch straat : une plaque bretonne, comme un clin d’œil à l’amiral.

Pourtant, parmi les quelques vestiges de la guerre encore présents, certains détails accrochent l’œil du visiteur attentif. Une avenue à consonance bretonne part de la grand’ place : « Adm. Ronarch straat ». Dans cette même rue, une plaque de numéro de maison « Ty Mad », typique des habitations de Bretagne. Dixmude prend un petit air de ville bretonne, à y regarder de plus près. A l’angle de la grand’ place, un panneau indique les différents lieux de la ville et les localités les plus proches. Au milieu de ces flèches est indiquée Ploemeur, une petite ville du Morbihan, à 770 kilomètres de Dixmude. Mais il suffit de pousser la porte de l’office de tourisme pour apercevoir les vagues de Bretagne : une affiche vante la région au fond de la pièce.

DSC_0450

Une seule avenue porte le nom de l’amiral Ronarc’h dans Dixmude, pourtant sauvée par ses troupes.

Pour comprendre la présence de ces éléments, il faut pousser la promenade jusqu’au parc municipal. Sur une petite butte, un monument discret célèbre la mémoire des fusiliers marins français venus combattre sur le front belge, avec à leur tête l’amiral Pierre-Alexis Ronarc’h. L’endroit est un peu triste, un peu oublié. Il semble que les jeunes en font un point de rendez-vous pour leurs soirées arrosées. En témoignent les packs de bière et les cannettes abandonnés. Le mémorial rappelle cependant l’engagement des troupes françaises sur le front belge, plus précisément celui des fusiliers marins. Surnommés « les demoiselles au pompon rouge », ils ont péri par milliers dans la bataille de l’Yser.

photo dsc 0456 Le mémorial des fusiliers marins occupe une partie du parc municipal, sans attirer l'oeil du passant.

Le mémorial des fusiliers marins occupe une partie du parc municipal, sans attirer l’oeil du passant.

L’amiral a donc sa plaque et son petit mémorial, à défaut d’une statue. Mais pourquoi un panneau indiquant Ploemeur ? La petite ville bretonne est à quelques encablures de Lorient et de l’école des fusiliers marins, mais n’a pas de lien historique avec Dixmude. Si les deux villes sont jumelées depuis les années 1960, c’est grâce à l’histoire d’une habitante de Ploemeur, tombée amoureuse d’un Flamand de Dixmude, après la Seconde Guerre mondiale. L’association Les Amis du jumelage organise des échanges tous les ans. Cette année, l’accent est mis sur la guerre de 14-18 : « Il y aura une grande cérémonie en octobre à Dixmude et nous allons organiser la venue d’enfants de Ploemeur et Lorient. Ils doivent connaître leur histoire », explique Nadine Lamotte, présidente côté belge. Odette Guillerme, côté français, renchérit: « Nous allons envoyer une délégation, accompagnée des fusiliers marins de Lorient ». L’occasion d’entendre du biniou et de revoir des pompons rouges dans les rues de Dixmude, cent ans plus tard.

 

Mots-clés : , , , , , , .

Sur la route du premier bataillon :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>