Sur la ligne de front

14-18 en godasses, par les étudiants de l'Ecole de journalisme de Lille

Passendale fut le théâtre des affrontements les plus meurtriers pour les troupes du Commonweatlth. Aujourd’hui, il ne reste presque aucune trace de ce carnage, sauf un match de rugby en l’honneur de Dave Gallaher, capitaine des All Blacks mort sur le front.

Publié le 9 mars 2014 · Ambre Lefèvre et Geoffroy Lang

Pelouse clairsemée et bordée de mégots, tribune un peu délabrée, panneaux publicitaires désuets : le terrain de foot de Passendale ne paye pas de mine. C’est pourtant sur ce petit stade de campagne que s’affrontent des joueurs de rugby professionnels, originaires du Commonwealth, de Belgique et de France.

Impossible d'imaginer un match de rugby rassemblant des joueurs internationaux dans ce modeste stade entouré de champs.

Impossible d’imaginer un match de rugby rassemblant des joueurs internationaux dans ce modeste stade entouré de champs.

Ces rencontres hors du commun n’ont pas lieu toutes les semaines, mais à l’occasion de la Dave Gallaher’s Cup. Créé en 2007, ce trophée rend hommage à ce célèbre capitaine des All Blacks tombé à Passendale en 1917. Figure emblématique des débuts du rugby néo-zélandais, il suscite encore une ferveur nationale à tel point que les All Blacks se rendent sur sa tombe à Poperinge, à quelques kilomètres de Passendale, à chacun de leurs déplacements en France. De plus, à chaque rencontre entre les Kiwis et le XV de France, le trophée Dave Gallaher est remis symboliquement au vainqueur.

Aujourd’hui, la Dave Gallaher’s Cup rassemble des joueurs des différentes nations combattantes le temps d’un match sur les lieux de la bataille la plus sanglante dans les troupes du Commonwealth étaient engagées. Parmi les centaines de milliers de morts, 2 700 Néo-zélandais. Un lourd tribut pour cette petite nation d’un millions d’habitants qui avait envoyé 128 000 volontaires.

Le rugbyman retraité s'est engagé volontairement suite à la mort de son frère sur le front occidental.

Le rugbyman retraité s’est engagé volontairement suite à la mort de son frère sur le front occidental.

En 2007, le commandant Freddy Declerck, ancien officier de marine et président de la société d’histoire de Passendale, initie le jumelage de la ville de Passendale avec Waimakariri en Nouvelle-Zélande. La même année le premier match en hommage à Dave Gallaher à lieu. Il oppose le London New-Zealand Rugby Club, composé d’expatriés australiens et kiwis, à une équipe franco-belge issue des clubs de Courtrai et d’Armentières. La rencontre profite de l’engouement soulevé par le match entre le XV de France et les All Blacks à Paris lors de la Coupe du monde de rugby. « Trois cars de supporters néo-zélandais sont partis d’Arras pour venir jusqu’à Passendale et Poperinge », se souvient Freddy Declerck. A partir de ce moment, Passendale est devenu un lieu de mémoire important pour la nation kiwi, notamment avec la présence du cimetière militaire de Tyne Cot, le plus grand du Commonwealth.

Tyne Cot est un lieu de pèlerinage incontournable pour les Anglo-saxons. On y trouve de nombreuses tombes néo-zélandaises.

Tyne Cot est un lieu de pèlerinage incontournable pour les Anglo-saxons. On y trouve de nombreuses tombes néo-zélandaises.

Reconduite en 2009, la Dave Gallaher’s Cup prend de l’ampleur avec le centenaire. « Cette année, pour la première fois, la Fédération belge et la fédération flamande vont participer à l’organisation de l’événement », se réjouit Freddy Declerck. Le match pourrait rassembler une équipe maori originaire d’Angleterre. Et peut-être une équipe galloise, clin d’œil à la rencontre de 1905 entre les All Blacks et les diables rouges gallois, seule défaite de l’équipe emmenée par Dave Gallaher. Trois rencontres sont prévues pour le centenaire : en 2014, 2015 et 2017. « Nous attendons beaucoup de monde pour le dernier match, car ce sera le centenaire de la mort de David Gallaher. »

En attendant, rendez-vous le 15 août pour la prochaine mêlée à Passendale.

Mots-clés : , , , , , , , .

Sur la route du premier bataillon :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>