Sur la ligne de front

14-18 en godasses, par les étudiants de l'Ecole de journalisme de Lille

Marie-Hélène Féry, originaire de Moselle, raconte à travers la chanson l’histoire de sa famille pendant la Grande Guerre, et l’éternelle quête d’identité des Mosellans.

Publié le 29 mars 2014 · Ninan Wang

De 1870 à 1945, trois guerres se sont succédé sur les terres de Moselle. Le peuple y vivant a toujours eu du mal à trouver son identité. Originaire de cette région, Marie-Hélène Féry a entendu par les membres de sa famille beaucoup d’anecdotes de la guerre 14-18 en grandissant. Aujourd’hui, elle transmet à travers ses chansons la façon dont les Mosellans voyaient le monde pendant ces années troublantes.

Marie-Hélène Féry a vécu une enfance déchirée entre une dualité culturelle et linguistique, créée par la ligne de front mouvante de la Grande Guerre. Son grand-père maternel, tailleur de pierre et originaire de la Moselle germanique, est arrivé en Moselle romane en 1900 pour réparer les monuments détruits pendant la guerre de 1870, et s’est marié avec une femme, originaire du côté roman.

La guerre a fait beaucoup souffrir son grand-père. Pendant la guerre, il est revenu du champ de bataille à Riga (sur le front est) à la Moselle à pied et a mangé des corbeaux gelés pour lutter contre la faim. Pleine de haine, la mère de Marie-Hélène Féry interdisait à sa fille de prononcer le moindre mot en allemand. « Elle détestait les Allemands, même si son père et son frère avaient fait la guerre de 14-18 sous le drapeau germanique », explique la chanteuse.

Mais dans la famille, l’amour l’emportait sur toutes les différences culturelles. Quelle que soit leur identité officielle, « les Mosellans étaient toujours les Mosellans, c’était la ligne frontalière qui bougeait », martèle Marie-Hélène Féry. Pour rendre hommage à son grand-père, elle a créé un spectacle musical qui lui est dédié : L’âme sur la frontière.

L'âme sur la frontière, un spectacle musical de Marie-Hélène Féry dédié à son grand-père maternel.

L’âme sur la frontière, un spectacle musical de Marie-Hélène Féry dédié à son grand-père maternel.

« Mes spectacles essayent de tisser un lien entre le passé et notre présent »

Son autre spectacle, Chansons 14-18, reprend des chansons des poilus. Depuis sa première mise en scène en 2008, la voix de Marie Hélène Féry a « su toucher le cœur du public » (L’Est Républicain du 3 octobre 2008). Sur la liste se trouvent des chansons réalistes, tragiques, mélodramatiques, poétiques, gaies et rythmées et coquines de la guerre, comme La Madelon, qu’elle avait chanté en 2008 : « Pour oublier peine et chagrin, et se rappeler leur village, pour retrouver tout leur courage… »

La jeune femme a étudié la psychologie avant de devenir chanteuse, à l’âge de 34 ans. « La psychologie te met face à tes désirs. Quand j’ai commencé à chanter, j’ai découvert que tout ce que je chante sont des chansons que j’ai entendues quand j’étais petite. Puis je voulais remontrer l’histoire de ces chansons, et l’histoire familiale pendant la guerre. Tout est revenu », raconte-t-elle avec émotion.

Depuis 2008, la chanteuse met en scène Chansons 14-18 sur des lieux de batailles, dans des villages détruits et d’autres lieux témoins de la guerre. L’idée de ce spectacle lui est arrivée naturellement : « C’était l’ambiance familiale. J’en avalais tous les jours. » Pour le construire, la jeune femme a fréquenté tous les musées de France évoquant cette guerre. « Il suffisait de se promener en Moselle, tout est imprégné par la guerre. Les abris sont partout, j’ai joué dedans quand j’étais enfant », rappelle-t-elle.

Selon Marie-Hélène Féry, la douleur de la Première Guerre mondiale mérite d’être revécue. « C’est bien de rendre ces douleurs visibles pour libérer une énergie qui pourrait être transformée en quelque chose de positif », explique-t-elle en souriant.

Mots-clés : , , , , .

Sur la route du quatrième bataillon :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>