Sur la ligne de front

14-18 en godasses, par les étudiants de l'Ecole de journalisme de Lille

A Péronne, des joueurs de cornemuse passionnés d’histoire rendent hommage aux soldats britanniques morts pendant la Première Guerre mondiale. Reconstitution à la note et au kilt près.

Publié le 4 avril 2014 · Romain Chanson et Adrien Lelièvre - Photos : Ninan Wang

Lorsqu’on foule le sol d’un mémorial ou d’un cimetière britannique, on est toujours impressionné par la majesté des lieux et l’absence de bruit. Dans ce silence de marbre où les pas des visiteurs sont étouffés par l’herbe impeccablement coupée, il faut alors imaginer, les jours de commémoration de la Grande Guerre, la puissance du son d’une cornemuse.

Vingt-cinq ans déjà que le Somme Battlefield Pipe Band, un groupe de musiciens amateurs français, joue de la cornemuse pour promouvoir la musique et l’histoire des Écossais aux commémorations militaires de la Première Guerre mondiale. Une façon de saluer en musique la mémoire des soldats de l’Empire britannique tombés au front entre 1914 et 1918. « Nous sommes un des rares pipe band à ne pas avoir la même tenue », explique Yves Holbecq, le président de l’association Somme Battlefield Pipe Band« Les anciens reconnaissent les différents régiments et sont très fiers de ça. Ils voient que c’est carré, c’est sérieux, c’est pas du carnaval. » Pour le centenaire de la guerre, les pipers ont monté le projet Ne les oublions pas, qui consiste à organiser des cérémonies du souvenir dans les petits cimetières britanniques de la Somme. Jouer de la cornemuse pour honorer les « oubliés de l’histoire », telle est l’ambition d’Yves Holbecq, pour qui les soldats enterrés dans les petits cimetières où « il ne se passe jamais rien » méritent d’être commémorés « de la même façon que ceux enterrés dans les grands sites de mémoire. »

La commémoration de la Première Guerre mondiale correspond à 50% des prestations du Somme Battlefield Pipe Band. Viennent ensuite diverses activités d’animation comme les fêtes locales, mais aussi les cérémonies de la Seconde Guerre mondiale. En juin, pour le 70ème anniversaire du débarquement, ils auront l’honneur de jouer pour Barack Obama et la reine Élisabeth II. La participation aux commémorations militaires est toujours bénévole pour ces musiciens. Yves Holbecq et ses camarades refusent catégoriquement de tirer un quelconque profit de ces actions « symboliques ». Au risque de mettre les finances de leur association dans le rouge.

"Yves Holbecq président du Somme Battlefield Pipe Band jouant de la cornemuse devant les anciennes fortifications de Péronne Crédit : Ninan Wang

Yves Holbecq président du Somme Battlefield Pipe Band jouant de la cornemuse devant les anciennes fortifications de Péronne.

Never forget

Le band est régulièrement salué par ses pairs en France et outre-Manche pour son extrême rigueur historique et le respect qu’il témoigne aux soldats morts pendant la guerre. Comme l’illustre cette jolie anecdote. Yves Holbecq et sa troupe partent jouer en Ecosse pour les Highland Games. Le pipe-major sait que tous les groupes seront habillés en grande tenue. Contre l’avis de ses camarades, il refuse cet apparat. « Nous on mettra la veste kaki du combattant, on fait du Somme Battlefield Pipe Band, on a aucune raison d’être habillé en grande tenue dans les tranchées », dit-il à ses amis. Les membres du groupe finissent pas accepter de porter cette tenue moins élégante. Une fois la prestation terminée, l’organisateur de l’événement demande à Yves Holbecq de l’accompagner dans sa tente. « Je croyais que j’allais prendre un pipo », rigole encore Yves Holbecq. L’organisateur n’est autre qu’Archibald Grant, propriétaire des whisky éponymes. Une fois dans la tente, M. Grant lui sert un whisky de sa réserve privée. « Pas le whisky que vous trouvez à Auchan… », sourit Yves Holbecq. Archibald Grant explique alors son geste. « Aujourd’hui tu m’as fait un énorme plaisir, vous êtes le seul groupe habillé en tenue de combat avec la veste kaki. Je ne l’oublierai jamais ». Le père d’Archibald Grant avait débarqué en Normandie et son grand père s’était battu dans les champs de bataille de Somme.

Ne jamais oublier, « never forget ». Ce mot gravé sur tous les mémoriaux britanniques est devenu la philosophie du Somme Battle Field Pipe Band. Des musiciens inoubliables, pour ceux qui ont eu un jour la chance des les entendre jouer un morceau militaire.

 

Yves Holbecq (à g.) et son ami Albert Mac Carton (à d.) dans la Brasserie "Aux Gars du Nord" nous présentent l'histoire des pipe band Crédit Ninan Wang

Yves Holbecq (à g.) et son ami Albert Mac Carton (à d.) dans la Brasserie « Aux Gars du Nord » nous présentent l’histoire des pipe bands.

Les pipe bands

Pendant la guerre de 14-18, les pipe bands étaient des unités de six musiciens (contre 12 après la guerre). Généralement, les joueurs de cornemuse ne combattaient pas, ils étaient nommés brancardiers ou estafettes. Ils détenaient un pistolet accroché à la ceinture mais pouvaient difficilement s’en servir pendant qu’ils maniaient leur instrument. Beaucoup sont tombés sur le champs de bataille parce ils étaient en face de l’ennemi au moment où ils jouaient de la cornemuse. Mais il ne faut pas tomber dans le cliché du joueur de cornemuse montant à l’assaut comme à l’époque napoléonienne, précise Yves Holbecq. « Oui, certains l’ont fait et ont obtenu le Victoria Cross pour ça. Mais, généralement, le piper jouait devant les troupes en marche pour les faire avancer ou restait confiné dans la tranchée pour jouer un lament car il savait que beaucoup de soldats ne reviendraient pas. »

Mots-clés : , , , .

Sur la route du quatrième bataillon :

Commentaires

  1. J’ai eu la chance de faire partie de votre groupe pendant une saison, du temps de Jean Luc SAINT et Dominique JUMEL. Et effectivement, vous apportez énormément sur les terres des champs de bataille. Comme les autres groupes de la région…Continué ainsi et au plaisir de vous revoir

  2. joueur de cornemuse et petit fils de combattant de verdun, de plus mes grands parents
    ont en 40 heberge plusieurs regiments d’artilleurs anglais et ecossais votre site est une decouverte pour moi . il est vrai que le devoir de memoire est indispensable never forget!!! amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>