Collège Josquin des Près (Condé-sur-l’Escaut)

Plongée aux archives de Valenciennes

Le 3 avril, des élèves de Troisième accompagnés de leurs enseignants ont été à la bibliothèque de Valenciennes pour rechercher des informations sur la manifestation pacifiste qui a eu lieu à Condé en 1914. Leur but : rédiger un article dans le journal des élèves.

Condé-sur-l’Escaut, 13 juillet 1914. Les habitants de la ville descendent dans la rue pour manifester contre la guerre qui se prépare. Discours, défilé, ils sont plusieurs milliers à s’opposer à la confrontation avec les Allemands. Cent ans après, les élèves du collège Josquin des Prés ont redécouvert cette histoire à la bibliothèque de Valenciennes.

« Surprenant que les journaux soient si lisibles »

« L’idée c’était d’avoir le plus d’informations précises pour comprendre ce qui s’était réellement passé. Grâce aux journaux comme Le Valenciennois ou L’Impartial du Nord, on a pu comprendre le déroulement exact de la journée de la manifestation », explique Carline, une des élèves. Le travail de conservation a impressionné les jeunes élèves qui se sont étonnés du bon état dans lequel se trouvaient les journaux : « C’est surprenant que les journaux soient encore si lisibles » s’étonne Walid. « Même si les journaux sont jaunis et vieux, ils sont encore d’une très bonne qualité. »

Grâce aux information récupérées, Célia et Abigaël ont rédigé un article qu’on vous invite à lire en page 3.

Anaïs Klingebiel

La manifestation qui voulait unir les peuples

Karl Liebnecht et les manifestants à Condé

Karl Liebnecht et les manifestants à Condé

Des milliers de militants se sont rassemblés le 12 juillet 1914 à Condé-sur-l’Escaut pour une manifestation pour la paix. Ce défilé qui réunissait les locaux mais aussi des Belges, des Luxembourgeois et un Allemand voulait marquer l’opposition des habitants à la guerre qui se préparait. Karl Liebnecht, un Allemand, a prononcé un discours important.

« Qu’est-ce qui sépare le peuple français du peuple allemands ? Rien. Qu’est ce qui les unit : Tout. »
Le 12 juillet 1914 Karl Liebknecht, député allemand, prononce un discours lors de la manifestation pour la paix qui se déroule à Condé-sur-l’Escaut. Il est un des nombreux orateurs à prendre la parole ce jour-là, mais probablement le plus symbolique.

Comme toutes les personnes présentes, il militait contre une guerre entre son pays et la France. Il a alors rejoint le cortège qui partait du monument du général Poilloüe et qui traversait la ville.

Rapprochement franco-allemand

Liebknecht a donc donné un discours ou il réclamait un « rapprochement franco- allemand » juste après que des hommes politiques français et belges ont pris la parole. Pendant cette manifestation, des militaires opposés à ce rapprochement sont allés déposer une couronne au pied d’un monument aux morts qui ont perdu la vie durant la guerre de 1870.

Célia Lelong et Abigaël Labat

Condé sous l’Occupation

Le commissaire de Condé-sur-l’Escaut a écrit un rapport sur l’occupation du village par l’armée allemande. Entretien exclusif avec ce témoin de l’histoire.
Quand les Allemands sont ils arrivés à Condé-sur-l’Escaut ?

Les Allemands sont arrivés le 22 août 1914. Ils venaient de Belgique par la route de Bon Secours avec un but : récupérer et repartir ensuite sans se faire tuer par un villageois rebelle.
Qu’avez vous vu ?

J’ai vu le 27ème bataillon français arriver à Condé en même temps qu’une patrouille allemande à cheval : des Uhlans. Ils portaient un uniforme vert avec des manchettes et des épaulettes rouges. Sur leur tête était posé un casque en forme de losange. De grandes bottes noires en cuir recouvraient leur pantalon et certains levaient vers le ciel un drapeau vert et blanc.
Comment se sont installés les Allemands à Condé- sur-l’Escaut ?    

Un agent de police s’est fait tirer dessus pour avoir voulu résister aux Allemands car ils croyaient qu’il allait alerter l’armée française. Il a eu droit à une balle dans la tête. Les soldats allemands ont ensuite occupé la mairie.

Comment la population a-t-elle réagi ?    

La population avait peur car elle ne voulait pas se faire tuer. L’entrée des Allemands était très impressionnante car tout le monde était à cheval et portait des armes cela faisait beaucoup de bruit mais certains villageois ont eu du courage. Ils n’ont pas voulu aider les Allemands : pas question d’être occupé par l’ennemi !

Y a-t-il eu des combats à Condé et dans la région ?

Non, pas de combats à Condé-sur-l’Escaut par contre certains combat ont eu lieu dans les alentours : à Lorette et à l’entrée de la forêt de l’Ermitage. Les combats ont opposé les soldats allemands et les officiers français.

Ont-ils été violents ?

Oui, il y a eu une dizaine de blessés du côté français car ça tirait dans tous les sens. Certains se cachaient derrière les arbres et certains fonçaient dans le tas à la baïonnette et un caporal allemand a reçu une balle en pleine tête. Quand ils ont débouché de la forêt de l’Ermitage, les Allemands ont fait prisonnier le commandant français Neuville. Les Français n’ont pas eu d’autres choix que de battre en retraite. Des fermes ont été incendiées obligeant les agriculteurs à regarder leur outil de travail disparaître en cendres.

Propos recueillis par Jérémy et Johnny Dautel

Intervenants ESJ Lille : Lenny Pomerantz et Vianey Lorin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>